CECI N’EST PAS UNE GLYCINE

La glycine de ma voisine
irai-je à la gendarmerie ?
tente de s’introduire chez moi
par la fenêtre du premier
et par la porte de la cuisine

Au secours
la glycine darde ses vrilles
Ses ramées sinistrogyres
s’aggripent partout
se tortillent, s’insinuent
Le sud des États-Unis
la classe parmi les exotiques
invasives

Même si elle dispense un ombrage
d’un vert délicat
et fleurit deux fois l’an
ses graines et son feuillage
sont toxiques, mais oui
et elle m’espionne

J’avoue, le Belge Alfred de Neuville
rime plus joliment
dans ses Épigrammes
à la japonaise

« La grappe de glycine où s’amuse le vent,
Frôlant la vitre et s’esquivant,
Tous les matins, dans mon alcôve
Me lance un bonjour mauve »

La glycine a la douceur
de la banalité
Rue des Glycines ?
Parfum de banlieue
pavillonnaire
venu de Chine ?

Du moins, ai-je le plaisir
d’écrire que la glycine
est une papilionacée
un arbuste lianescent
et volubile

Comme les paupières
en aile de papillon
les étreintes
et le discours
d’une autre que
je câline
volontiers

Comme toute liane
on soupçonne
qu’elle assassine
parfois l’arbre
où elle s’accroche

Précisons que la glycine
n’est plus
selon la botanique
une glycine
En mil huit cent vingt-cinq
le savant Augustin
Pyrame de Candolle
élève de Lamarck
et Provençal de Genève
l’a renommée
Wisteria sinensis

Dans son Prodrome
du système naturel
du règne végétal
ou énumération
synthétique
des ordres, des genres
et espèces de plantes
connus jusqu’alors,
disposés
selon les règles
de la méthode naturelle
Ouf

Ouvrage tellement long
que les Candolle
l’ont poursuivi sur
trois générations
Augustin puis
Alphonse puis Casimir
Méthode naturelle ?

Pourquoi wisteria
alors qu’on disait jusque-là
紫藤, ziteng
dans les forêts d’altitude
de la Chine
C’est en hommage, paraît-il
au médecin américain
Caspar Wistar
découvreur
d’un fossile de paresseux géant
Est-ce de moi qu’on parle ?

Qui a rapporté la glycine
de la lointaine Chine ?
Un missionnaire jésuite français
ou le capitaine anglais
Robert Welbank
de l’East India Company
à bord du trois-mâts Cufflinks
avec du thé et de la nacre
en mil huit cent quinze ?

Wikipedia raconte
faut-il le croire ?
qu’en Chine
il y a fort longtemps
sous la dynastie Tang
on fabriquait
du papier de glycine

Adapté à quel usage ?
Une déclaration de frisson
ou d’effraction
quelles insinuations ?

Laisser un commentaire