Il est temps d’être sérieux! Encore Saint-Amant.

Sus, sus, enfants ! qu’on empoigne la coupe !
Je suis crevé de manger de la soupe.
Du vin ! du vin ! cependant qu’il est frais,
Verse, garçon, verse jusqu’aux bords,
Car je veux chiffler à longs traits
À la santé des vivants et des morts.

Pour du vin blanc, je n’en tâterai guère ;
Je crains toujours le sirop de l’aiguière
Dont la couleur me pourrait attraper.
Baille-moi donc de ce vin vermeil
C’est lui seul qui me fait tauper,
Bref, c’est mon feu, mon sang et mon soleil.

Ô qu’il est doux ! j’en ai l’âme ravie,
Et ne crois pas qu’il se trouve en la vie
Un tel plaisir que de boire d’autant.
Fais-moi raison, cher ami Faret,
Ou tu seras tout à l’instant
Privé du nom qui rime à cabaret

Saint-Amant, La Suite des Œuvres.
(Est-ce que c’est bien, cette orthographe modernisée et uniformisée?)

Laisser un commentaire