Nous, les petits enfants de Tito

Nous, les petits enfants de Tito
Vu le 22 mai 2018 au théâtre de la Reine-Blanche
2 bis Passage Ruelle, 75018 Paris
Avec une efficacité totale et sur un rythme soutenu mais parfaitement maîtrisé, Simon Pitaqaj, seul en scène, bien encadré par un éclairage rigoureux, brasse avec langue inventive et vivante les clichés sur les gangsters albanais, les vieilles légendes du pays, l’émotion d’un enfant qui le quitte pour découvrir la vie dans la banlieue parisienne. Incarnant avec une énergie qui ne se dément jamais les différents rôles de ce récit autofictionnel, il laisse percer une véritable tendresse pour ses personnages, sans jamais sombrer dans la démagogie. Leur énergie aussi bien que leur sottise rayonnent sur scène.
C’est une histoire de migration, de déplacement, de décalage, dont le moindre ne sera pas le séjour aux sports d’hiver inventé par ces gosses de banlieue, dont l’issue sera dramatique.
C’est ferme, c’est intense.

email

Laisser un commentaire