Carl von Linné et l’amour


Né en dix-sept cent sept, Carl Nilsson
Fut rebaptisé Carl Linnæus
Puis encore Carolus Linnæus
(Forme latinisée
D’un vieux suédois linn
À cause d’un tilleul
Du domaine familial)
Une fois anobli en
Carl von Linné
Il pouvait bien
S’interroger
Sur le véritable
Nom de choses
Et tenter d’établir
Une nomenclature
Du monde
Systema Naturæ

S’étonnera-t-on
Que son classement
Assemble
Deux noms
Qu’il soit binominal
Et latinisé
Le tilleul c’est tillia europaea
Genre en premier
Espèce en second

Pourtant, Carl Linnæus
Ton nom est construit
Dans l’autre sens
Individu d’abord
Groupe ensuite

Issu d’une famille
Pieusement
Froidement
Luthérienne
Le jeune Carl
Se focalisa très tôt
Sur le sexe
Des plantes
Il compara
Philosophia Botanica
Le calice à un lit nuptial
La corolle à un rideau pudique

Pétri de culture biblique
Linné croyait fermement
Que rien n’avait changé
Depuis la création
Même plantes, mêmes animaux
Il s’employait à retrouver
La logique divine
L’ordre de la création
Deus creavit, Linnaeus disposuit
« Dieu créa, Linné organisa »
Le nouvel Adam
Baptisa à tour de bras

Ayant voyagé en Laponie
Inventé la perle de culture
Correspondu
Avec Jean-Jacques Rousseau
Répertorié le monde minéral,
Végétal et animal
Carl légua enfin son nom
À une rue de Paris
Qui conduit au Jardin des Plantes

Rue Linné, donc
Vivait une petite fille
Merveille de la nature
Unique en son genre
Que je ne connaissais pas encore
Mais dont je devins
Quelques années plus tard
Irrémédiablement
Amoureux
Et c’est quelque chose
D’imaginer ce temps
Où je ne l’ai pas connue

email

Laisser un commentaire