Au bouleau

 

 

 

 

 

 

 

Le bouleau, son nom latin bettula viendrait du celte ?
Pour Pline l’Ancien, c’était un arbre très blanc de la Gaule
Barbare et chevelue, poussant là-bas, au bord de l’eau
En pays froid, vaste, lugubre et continental

Aujourd’hui, on ne se mettra pas au pin pour la planche
Mais à un baliveau plus pâle, plus fluet, plus élancé
Sève et goudron, branches flexibles, feuilles mobiles
Mais au bouleau, dont le nom latin bettula viendrait du celte

Bois blanc, « blanc bois », disent les forestiers, vite poussé
Bettula aurait donné le trop court boul en vieux français
Le génie de la langue l’a prolongé d’un suffixe en – eau
Pour Pline l’Ancien, c’était un arbre très blanc de la Gaule

Pour nous, serait-ce, brodé de noir, un arbre septentrional
Scandinave, russe ou polonais, dont l’écorce fournirait
Toit de hutte, cuir de chaussures, papier à runes primordial
Barbare et chevelu, poussant là-bas, au bord de l’eau ?

Pourtant, il vient, il monte ici aussi, en sable ou tourbe
Pourvu qu’il y ait parfois de la neige et toujours de l’eau
Pointant plus au nord, vers les brumes et les frimas
En pays froid, vaste, lugubre et continental

Moi, j’ai toujours assez de verges pour me battre
Et l’écorce, j’en ferais, imperméabilisé au bitume, un canot
Les branches, j’en ferais plutôt un balai de rameaux
Pour écarter, effacer les scories de ce rondeau
Du bouleau

email

Laisser un commentaire