Supermarché en chantier

RETOURNONS AU SUPERMARCHÉ

Bienvenue au grand palais du néant :
parallélépipède posé là
qui ne ressemble à rien
Pas de rythme dans la façade :
le concept de fenêtre lui échappe
il connaît seulement la porte

Le supermarché est ceint de places de stationnement
rangées comme des tombes dans un cimetière militaire
(quelquefois cependant en épis ou en quinconce)
La dialectique du parking veut toujours inscrire
le plus de voitures possibles dans un espace donné
comme les corps dans le cimetière

En guise de cénotaphes
les cahutes qui abritent les chariots
Ils sont enchaînés les uns aux autres
comme jadis les forçats
qu’on emmenait vers leurs lieux d’embarquement
Guère de plaisir à les libérer cependant
À côté de la porte, toujours les remugles malodorants
(une hallucination olfactive persistante ?)
comme à l’entrée d’un local à poubelles
Continuer la lecture de « Supermarché en chantier »

Encore un poème de Ginsberg et un supermarché

(Ça me fascine; j’ai bien l’impression que nous manquons de poèmes qui évoquent les supermarchés.)

UN SUPERMARCHÉ EN CALIFORNIE

Voilà ce qui me vient à ton propos ce soir, Walt Whitman, car j’ai arpenté les contre-allées, gêné par un mal de tête, et j’ai regardé la pleine lune à travers les arbres.
Fatigué et affamé, cherchant des images à consommer, je suis entré dans un supermarché aux fruits de néon, en rêvant à tes énumérations !
Quelles pêches et quelles éclipses ! Des familles entières qui font leur course en pleine nuit ! Des allées pleines de maris ! Les femmes dans les avocats, les bébés dans les tomates — et toi, Garcia Lorca… Que faisais-tu parmi les pastèques ?
Continuer la lecture de « Encore un poème de Ginsberg et un supermarché »