Un inconnu en mars

FIGMENTS

(Un figment, en supposant que le mot puisse exister en français, ce serait, un bref récit poétique, ou un poème narratif de petite étendue. Tout en ressemblant au fragment, le figment serait plus nettement inventé et plus souvent complet. À la figue, bien sûr, il voudrait emprunter, la forme close et parfaite, le goût et la chaleur, la capacité à sécher et à se conserver. Cependant, il se garderait du sucre ; pour être concis, il vaut mieux être salé.)

Père
Un jour, le père c’est une statue comme celle du commandeur, mais on le gifle à s’en meurtrir la main et il ne remue pas, il ne parle pas, il ne parle plus.
Un autre jour, le père, on mène une enquête et on s’aperçoit qu’il n’existe pas. Personne ne le connaît ; ses collègues ne se souviennent plus de lui. Ses traces se sont effacées, au point qu’on risque presque de disparaître soi-même.
Continuer la lecture de « Un inconnu en mars »

Votre Horoscope

Pour ces horoscopes-ci, ne vous fiez pas à l’arbitraire d’une date. Qui vous a dit que vous étiez né ce jour-là ? Écoutez le signe qui vous parle le plus nettement.

Lion
Vous reviendrez chez vous par le même chemin et pourtant le chemin sera différent ; sous les apparences de l’identique tout sera neuf.

Lys
La volonté occulte qui bridait votre espace et gênait votre mouvement, soudain se relâchera. N’opprimera plus. Nouvelle ampleur des gestes et nouvelle aisance de la respiration.

Vierge
Une commotion dans les étoiles a changé votre signe astrologique. Ce qui était écrit a été effacé, ce qui se pétrifiait redevient fluide.

Serpent
La malédiction qui transformait en or froid et muet tout ce que vous touchiez est enfin levée. À vous l’eau, le pain, la peau…
Continuer la lecture de « Votre Horoscope »

La place du mort

Impasse des Lilas, rue du Pont, allée des Roses : blocs d’immeubles qui se ressemblent tous. Quand il ne s’occupe pas de l’entretien du jardin public, à côté de la bibliothèque municipale, il reste dans son studio du premier étage. Ou il regarde la télé, ou il la regarde, elle. Il en sait assez pour éteindre les lampes quand il l’observe. De sa fenêtre, il peut voir une partie de la cuisine salle à manger, avec la cheminée, et sa chambre quand les rideaux ne sont pas tirés. Elle habite dans le bloc d’en face, de l’autre côté de la rue. Elle est belle, bien sûr, elle a un visage d’ange d’église. Continuer la lecture de « La place du mort »