Trois Percherons dans la Commune de Paris

Texte écrit pour une lecture donnée en septembre 2021 à la gare du Theil-La Rouge, avec le concours du Chœur de la Troisième Rive de Bretoncelles, la Compagnie du Théâtre, Sabine Rosnay, Ophélia Bart et Daniel Dénécheau

I. Encore une guerre
Peut-on voyager depuis la gare du Theil-La-Rouge jusqu’à Nouméa ? Peut-on acheter sur l’automate un billet pour voyager dans le temps ? Voyons…
Une autre vieille guerre, avec ses morts, il y a 150 ans. C’est une des premières où le train ait joué un rôle important. 1870-1871… Pourquoi la guerre ? On ne sait pas trop, elle est peut-être légèrement plus absurde que les autres… Quoi qu’il en soit, ce conflit mal fini nourrira deux guerres mondiales.
Cette vieille guerre a aussi frappé et tué par ici. Alors que Paris est assiégé, d’autres régiments prussiens avec leur avant-garde de uhlans remontent la vallée de l’Huisne, et il n’y a plus d’armée régulière à leur opposer. Tous les beaux régiments galonnés et passementés de Napoléon III ont été faits prisonniers dans l’Est. Face au XIIIe corps prussien, infanterie, cavalerie, artillerie, il n’y a plus que la garde nationale, des gens comme vous et moi, exténués, pas entraînés, mal équipés et mal armés. Certains viennent de l’Orne, d’autres de Mayenne ou de Bretagne. Il y a quelques marins, quelques zouaves pontificaux aussi, et des groupes de francs-tireurs plus ou moins folkloriques. Dans les environs, ce sont les francs-tireurs de Lipowski, plus aguerris que d’autres, mais bon, le Perche étant ce qu’il est, ils se sont perdus sur la route de Rémalard. Les bataillons français qui évacuent Nogent-le-Rotrou sont poursuivis jusqu’au Theil, où quelques compagnies protègent la retraite. Un combat d’arrière-garde, ça fait des morts quand même. Des soldats et des civils… C’était en janvier 1871, et il faisait un froid terrible. Fin janvier, c’est la trêve. Continuer la lecture de « Trois Percherons dans la Commune de Paris »

Ateliers d’écriture dans le Perche

En 2016, j’animerai des ateliers d’écriture sur le thème de « L’eau de là », à l’initiative la Compagnie du théâtre et du Parc naturel régional du Perche, dans plusieurs lieux. Sont confirmés pour l’instant :
le vendredi 22 janvier : 20h-22h puis le samedi 30 janvier : 10h-12h à la médiathèque du val d’Huisne, au Theil sur Huisne.
Le samedi 30 janvier 2016, 15h-17h et le samedi 06 février 2016, 15h-17h, à la bibliothèque de Bretoncelles.

Vous êtes conviés à un atelier d’écriture et de parole gratuit avec le romancier et auteur de théâtre de rue Jean-Baptiste Evette pour examiner comment un récit, une émotion, une sensation peuvent se transformer en texte ou même en poème, individuel ou collectif. Que vous souhaitiez prendre la plume, jouer avec les mots, apporter un document, une image, ou simplement raconter une histoire, un souvenir, vous êtes les bienvenus. Le thème prévu est l’eau, de la rivière à la source, sans oublier les poissons, les ondines ou les moulins. Peut-on rêver sujet plus porteur, plus profond et plus mystérieux ?
Cette aventure créative ne se fera pas sans vous.