Bibliographie

Romans:
Tuer Napoléon III, Plon,  2014.
Les Spadassins, collection blanche, Gallimard 2005
Rue de la Femme-sans-tête, collection blanche, Gallimard 2000.
Jordan Fantosme, collection blanche Gallimard 1997, Folio.

Romans jeunesse:
À la poursuite de l’enfantôme, collection « Hors piste », Gallimard jeunesse, 2008.
La Fureur d’Andarta, collection « les fantastiques » Magnard 2002 ; La Mirandole 2008.
Mademoiselle V., collection « les fantastiques » Magnard 1999, « Tipik » 2005.

Traductions:
En descendant River Road de M. Mwangi, Dapper, octobre 2002.
La Maison de la faim de D. Marechera, en collaboration avec Xavier Garnier, Dapper 1999.
Soleil noir, de D. Marechera, en collaboration avec Xavier Garnier, Vents d’ailleurs, 2012.

Parutions en revue :
« Marx contre Dracula », Page des libraires, 1998.
« Peuplier noir (une tentative de meurtre) », « Notes en défense de la fiction » et « Ce n’est pas moi qui l’ai tué, c’est une coïncidence », Kwak n°1 de septembre 2005 (éditions du Panama). « Interview imaginaire de Michel Zévaco », « Les 3 morts de Jean des Abymes », « Tabourot des Accords », « Le Jeu par excellence », Kwak n°2 de mars 2006.
« Le Hussard de Brunswick » (feuilleton), « La poésie gnomique, aux sources de la littérature », « Rébus picards », « Le calembour », dans divers numéros de Thésaumag en 2003-2004.
« Les éléphants et moi », Le Journal des lointains, n°2 d’octobre 2005 (aux éditions Buchet Chastel).
« Les Entrailles des villes », Otrante n°23, Londres fantastique, printemps 2008.
« Éloge d’un éditeur défunt », Décapage n°24, deuxième trimestre 2008, « Mes machines à temps », Décapage n°26, troisième trimestre 2008 (éditions de la Table Ronde).

Biographie

jeanbaptiste.jpg
Né en 1964, Jean-Baptiste Evette a passé son enfance à Paris ; il a écrit ses premières histoires vers l’âge de dix-sept ans mais a attendu dix ans avant d’oser les proposer à un éditeur. Lecteur assidu de romans policiers, d’aventures, de mémoires historiques ou de poésie, il écrit lentement, se documente beaucoup. Il est fasciné par la question du personnage de roman. Jean-Baptiste Evette habite dans le Perche, il est également traducteur de romans anglophones.
(Photo Pierre-Alain Touge)