Le charme recommencé

Ensorcelé, charmé de neuf
Faut que je rechante
Les vertus du charme
Carpinus betula
Suis-je, alors
Chanteur de charme ?

Trapu et coriace
Ses branches se replient parfois
Se soudent au tronc
Cannelures volumineuses
Racines saillantes
Serpent gris surgi
Du talus

Jeteur de sortilège, de maléfice
Noueur d’aiguillettes ?
Au chemin creux
Bourbier l’hiver
Mais à l’été
Envoûtement de lumière
Et de verdure
Le charme opère

Enchantent d’abord
Ses formes tourmentées
Lorsqu’il a été travaillé en taillis
Ici, visage de bois de sorcière
Grimace de satyre
Là, main de géant enseveli

De tous les arbres qui m’entourent,
Il sent le plus le conte de fées
Évoque le mieux les légendes d’arbres
Qui parlent ou se déplacent
S’il pourrit, il se nourrit
De sa propre sciure

Dans le roman de chevalerie
Érec et Énide
Casse-croûte improvisé
Sur l’herbe verte
À l’ombre d’un charme
Dans la forêt

Et qui s’emparera du cheval
Écu et lance de Gauvain
Attachés à un charme
Ne s’en tirera pas
Avec honneur

Rameaux d’un cuir gris argent
Plutôt doux sous la main
Vraiment, l’enfant qui ose y grimper,
Y trouve un refuge magique
Dont les mérites se célèbrent
En vers ou en incantations

Allons sous la charmille
Cachés par le feuillage
Dentelé, gaufré
Qu’importe la différence de saison
Disait Madame de Warens
Près de la maison des Charmettes
Car en automne
Sèche et grisonne
Mais tient et ne tombe pas.

Il est « marcescent »
Écrivent les livres
D’un verbe latin qui signifie « flétrir »
Raffinement qui n’empêche pas
Son bois d’être solide
De se porter comme un charme

Puisque sa croissance est lente
Il offre une dureté d’enclume et de billot
Qui rivalise avec celle du cormier ou du buis
Qui concurrence celle du fer
Dont les artisans ont su tirer parti
Leviers, rouages, moules de chaussure
Véritables pieds de bois

Charmer un arbre
C’est le blesser volontairement
Pour en amener
La chute ou la mort
C’est un délit
Et le charme serait rompu

Quand même
Il a des charmes secrets
Chatons, samares
Aux ailes trilobées
Aux vents confiés
Il faut deux ans
Dit-on
À sa graine pour germer

Et je reste sous le charme

email

Laisser un commentaire