Face au texte : la frontière silencieuse

Le silence dans le texte ? Faire taire les discours, les clameurs, le bruissement même des mots. Où se réfugie le silence ? Dans les marges de la page, dans les « h » et « e » muets, dans toutes les lettres qui restent silencieuses ? Annoncer que l’on va dire quelque chose, puis le taire ; annoncer un mystère, puis l’escamoter. Fermer la parenthèse. Écrire puis desécrire, dire et contredire. Répéter les mots « abîme », «gouffre », « néant ». Délayer jusqu’à arriver à une concentration négligeable de sens et de sons. Ranger les violons, décrocher les écriteaux, débrancher la radio. Supprimer le narrateur, les personnages, les dialogues. Écrire en blanc sur fond blanc. Écrire blanc : « détruire, dit-il », multiplier les effets de transparence, courtiser les choses muettes, les miroirs et les cygnes. Écrire sans rien dire, aligner des banalités produirait encore un bruit de fond.
On reste à contempler le mutisme du désespoir, sans y entrer, car en ce lieu, les signes ne parviennent plus, ne sortent pas, s’annulent. On titube à la frontière.

Laisser un commentaire