Fragments d’un voyage à Biskra

L’Algérie d’entrée transforme mon voyageur en benêt, il dit merci cent fois par jour, sourit à tout le monde et s’émerveille de tout, comme frappé d’insolation ou enivré par un enchantement.

Il faut dire qu’il est accueilli avec une amabilité et une grâce si parfaites qu’il se sent immédiatement comme dans son propre pays.

Sur le boulevard, en bordure d’Alger, en bordure de la mer, un chauffeur de taxi crée un espace de prière, en posant un petit tapis sur un coin de trottoir, et là il est seul et recueilli avec son Dieu, malgré la circulation automobile.

Le soleil d’hiver là-bas ressemble à celui de notre printemps, et les taxis collectifs inter-wilayas reluisent. Des hommes en burnous crient « Biskra, Biskra ! », car on attend que la voiture soit remplie pour partir.

Enfin, le taxi démarre, fusée un peu suicidaire lancée vers le Sud. Sa galerie siffle comme une harpe éolienne.

Il souffle un grand vent de poussière, un grand vent de fumée de pots d’échappement, mais les hommes ne deviennent pas fous et se contentent de plisser les yeux pour mieux voir.

Ici, semble-t-il, on n’a pas le culte du passé, pas de dévotion pour les édifices anciens, par endroits le pays semble avoir surgi de terre il y a vingt ou trente ans.
Continuer la lecture de « Fragments d’un voyage à Biskra »

Troisième atelier ancêtres à Nanterre

ANCÊTRES À NANTERREBref,le samedi 12 mars, si vous n'êtes pas à la représentation de La Ligne jaune à Lognes (15h,…

Posté par Les Grandes Personnes sur mercredi 2 mars 2016

Assier romanesque

J’ai été invité par l’association Reissa et la librairie de Figeac « Les mots en fête » à une rencontre-lecture au caf’causse d’Assier dans le Lot. Chaleureux et encourageant ! Merci à tous.

Au château de Chamarande, dans l’Essonne

J’ai été invité à parler de Tuer Napoléon III par Emmmanuel Couly, dans le cadre de l’émission « Une ville des livres », au château de Chamarande dans l’Essonne. C’était la propriété de Persigny, un temps ministre de l’Intérieur de l’usurpateur. Vingt-cinq minutes pour parler d’un livre, c’est un luxe rare, j’imagine, même si je connais mal la télévision.
http://www.unevilledeslivres.com/142+jean-baptiste-evette.html